TRAVERSEE CLUSES-BOURG SAINT MAURICE VIA PLEIN DE COLS (135 km / 4032 m de D+)


Date : 01/05/2011

Niveau : ED- (135 km / 4032 m de D+)

Partenaire : Les frères Claudon !

Remarque : La pédale 73 frappe un grand coup !



Dimanche 1/05, le temps est plutôt bon, le CGTiste mange des merguez dans la rue, tout est en place. Après un atterrissage prématuré à Marignier le TER nous dépose sans encombre, nous et nos montures, à Cluses, ville de départ de notre traversée. Il est 10h30, la pédale 73 composée de "Fabrice Pou Pou" et de moi-même reçoit aujourd'hui l'unique membre de la pédale 38, j'ai nommé Julien, le frère de Fabrice, pour une étape de Titan. Le programme du jour est simple, rallier Bourg Saint Maurice par tous les cols qui se présentent sur notre passage. A savoir :



Col de la Colombière
Col des Aravis
Col de Saint Jean de sixt (extrême)
Col des Saisies
Col du Pré
Col du Méraillet
Col du Cormet de Roselend




La traversée Cluses-BSM





Le profil de la traversée




Résumé




Parce que je le vaut bien !





Superbe !



La première difficulté du jour se nomme donc la Colombiére. Les premiers kilomètres sont plutôt roulants et nous arrivons au reposoir encore frais. Ça ne va pas durer. A la sortie du reposoir, la pente se relève brutalement pour ne plus fléchir jusqu'au col. Fabrice décroche ! A la sortie d'un virage, on aperçoit le col au loin. Pour le rejoindre, il faut s'avaler une longue rampe de 3-4 km, interminable, avec un dernier kilomètre qui chatouille les 12 %. J'arrive au col raisonnablement tarté. Julien arrive à son tour et lâche ce commentaire laconique qui ne présage rien de bon :

"Je crois que je suis monté trop vite"

Fabrice arrive enfin et y va de son commentaire non moins laconique :

"Je suis pas trop en canne..."




Col de la Colombiére





Julien arrive au sommet de la Colombiére





"Flying bibi" également (notez le panneaux 12 %)





Et hop, un premier col dans la musette





La preuve par l'image



Allez, on file vers le prochain objectif, le col des Aravis. Pour ce faire, nous gagnons Saint Jean de Sixt et le col du même nom, puis la Clusaz, pour finir par 4-5 lacets pas trop extrêmes qui nous déposent au col. Pas de grandes difficultés dans cette ascension. Néanmoins, au col, les frères Claudon ont faim. Il faut se restaurer. En tant que grand sportif, nous optons pour la croziflettes et non la tartiflette. Pas cons les cyclistes ! 




Col des Aravis





Un col gratuit, mais un col quand même !





Arrivée groupé des frères Claudon au col des Aravis





Bibi arrive sous les ovations d'une foule en délire





3éme coche





La pause s'impose



Maintenant qu'on s'est rechargé de quelques calories, on va aller brûler tout ça dans les pentes du col des Saisies. On bascule donc en direction de Flumet, et hop, direction le Beaufortain. Le col des Saisies n'est pas très dur mais est assez irrégulier, il est donc difficile de trouver un rythme. Fabrice, lui, a trouvé un rythme, son rythme... Julien et moi lui mettons une amende de 10 minutes dans cette ascension. Au col, j'offre un gel à Fabrice et Julien. Ce gel marquera la renaissance de Fabrice Flying Pou Pou. Allez hop, on n'est pas là pour équeuter les haricots, on bascule vers Beaufort !




Col des Saisies





Le Beaufortain nous félicite. Yeah !





Julien arrive





Puis bibi, rétamé !



Arrivés dans la capitale du Ski alpinisme, 2 possibilités s'offrent à nous. Soit monter au Cormet de Roselend directement, soit passer par le col du Pré. Du fait de travaux à la sortie de Beaufort obligeant à un détour non esthétique, nous choisissons la deuxième option malgré les réticences de Fabrice. On file donc sur Arêches au prix de pentes raisonnables, puis, un kilomètre après le village du Praz, la pente s'incline dangereusement. Désormais, il nous reste 7 kilomètres oscillant entre 11,4 et 7,4 %. On se rend bien compte de la raideur de la bête quand, à chaque lacet, tu t'aperçois que tu viens de prendre 10 mètres de dénivelé en 4 coups de pédale. Je suis en tête, 2 lacets derrière moi j'aperçois Julien, talonné de près par le phénix Fabrice qui retrouve vie dans les pentes extrêmes. Le "fighting spirit" est de rigueur pour ne pas mettre le pied au sol et cocher dignement ce col "décroche mâchoire". C'est chose faite au prix d'un superbe combat. Au col, vue majeure sur le Mont Blanc, et grosse caillante.




Col du Pré




Les premières pentes du col...ça peut encore discuter.








Derniers mètres de l'ascension pour Julien





Un col "décroche mâchoire"





Allez, plus qu'un !




Mont Blanc au fond





La photo officielle





La Pierra Menta




On ne s'éternise pas, il nous reste le Cormet. On bascule vers le barrage du lac de Roselend, puis, au niveau du Col de Méraillet on rejoint l'itinéraire classique de montée au Cormet. Cette dernière ascension sera sans doute la plus belle. La route étant fermée nous sommes seuls au monde et à 19h45 nous atteignons le point culminant de notre traversée. Là encore, grosse caillante. 




Cormet de Roselend (on le prend depuis le col du Méraillet)





Barrage du lac de Roselend





Route du Cormet...dément !





Dernière coche de la journée !





Bibi qui sauve l'honneur de la pédale 73 en posant une banderille à son frère dans les dernières pentes de la traversée.





Direction BSM


La descente sur Bourg Saint Maurice est vite torchée et vers 20h30 nous sommes à la gare pour prendre nos billets de retour. Néanmoins, avant de se taper les 2h de train, Burger et bière de rigueur à la brasserie du coin !


Je pense que la pédale 73 est prête pour son HTL 2011 !

Si toi aussi tu veux rejoindre la fine fleur du cyclisme épicurien mais néanmoins affûtée de la cuisse, j'ai nommé "la pédale 73©", envoie-nous ton dossier !



"Bibi plus trop Flying" qui prend son billet




03/05/2011
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres