PILAT WINTER TRAIL (31 km, 1100 de D+)

Date : 24/01/2010


Niveau : 31 km et 1100m de D+


Partenaire : Mon frère Thomas et Jéro. Anne Laure en supportrice.


Remarque : Ben c'est dans la neige !


C'est la pause de midi au labo. Jéro et moi zonons sur Internet, quant au bout d'un moment il m'envoie un lien… « Pilat Winter Trail ».

 

-         Ca a l'air bien hein ? me lance t'il.

-         Ouais ça a l'air sympa…

-         On le fait ?

-         Pourquoi pas…Quelle distance ?

-         Bah je sais pas…

-         Bon on n'est pas des rigolos, on s'inscrit au 33 Km !

-         Ok !

 

Je branche mon frère sur l'affaire 10 minutes après et lui aussi s'inscrit dans la foulée. Bon ben voilà on sait ce qu'on fait le 24 Janvier, encore un dimanche à en chier. J'ai du courir 3 fois entre la Sainté-Lyon début décembre et le trail du Pilat…autant dire que je suis affûté comme jamais !

 

Samedi 23 au soir, on file avec Anne Laure et Jéro chez Nico à Pélussin. Je m'occupe de préparer un gatosport pour le matin et prépare un gros plat de bolognaise. Avec Jéro on teste l'éléctrostimulateur de Nico, ça nous vaudra un bon fous rire. Hop hop hop, il est 10h là, tout le monde au pieu maintenant.


Scéance éléctrostimulation
 
 
C'est marrant ce truc...
 

Dimanche matin 6h, un gros bol de thé, un demi gatosport et un délestage au chiotte plus tard on est dans la BM de Jéro. Bon il fait froid, elle a du mal à démarrer la berline, faut dire qu'elle a vécu la tire…Allez c'est parti, direction Marlhes, point de départ du trail. On arrive peu après 8h, mon frère est déjà là, préparé et entraîné, lui !

On retire les dossards, j'ai le numéro « 9-3 c'est de la bombe baby »…cool ! On s'échauffe 5 minutes histoire de faire comme tout le monde et puis ben il va falloir y aller…


Préparation sur le parking
 
 

Jéro

 

 

Le frangin et moi
 
 
Je m'échauffe...un peu
 
 
Jéro, complétement pas serein...
 
 
J'enlève l'excès d'air de ma poche à eau
 
 
Jéro et moi avant le départ
 
 
On va y aller
 
 
9H ! C'est partit ! Putain mais ils partent comme des balles tous là…Pfffffff.

On arrive rapidement dans le premier chemin, début de la neige, je me rend compte que ça risque d'être galère. Je trouve vraiment que tout le monde part vite et me dis alors que le niveau général doit être assez élevé. On se rassure comme on peut.

 
 
Ca part vite
 
 
Mon frangin
 
 
Moi même
 
 
Jéro (258)
 
 
Jéro toujours
 
 
5 minutes après le départ
 
 
5 minutes après le départ
 

Bon ça y est je chope mon rythme de croisière et on fini par arriver au sommet de la première difficulté. Bon ben on va descendre maintenant. Le problème quand tu enfonces jusqu'aux genoux c'est que tu descends pas bien vite…Après avoir enjambé quelques cours d'eau et m'être pris une ou deux boîtes j'arrive au deuxième ravito. Je fais ma première pause. Je bois un bol de soupe et bouffe du fromage, ça fait du bien au mental et peut être un peu à la carcasse va savoir…Il y a là un légionnaire Romain…costaude leur soupe !

 

Je repars devant les ovations de la foule en délire et me prend une grosse vautre sur une plaque de verglas. S'ensuit une descente puis un long passage relativement plat dans les bois qui a tendance à me saper le morale. J'ai remarqué que le plat c'est vraiment pas mon fort. On traverse une route et un bonhomme m'annonce 11 km restants. Oh putain, mais c'est que si je me tire un peu les doigts je vais faire moins de 4h ! Je repense à un article sur le mental lu je ne sais plus où, qui suggère de se répéter des phrases du style « je vais y arriver » « je serais fier de moi en passant la ligne d'arrivée ». Mouais… En tout cas pendant que je m'auto encourage comme un autiste je pense pas que j'ai plus de jambes. Ca fait 3h30 que je suis parti, je me prend une vautre, une de plus, à cause d'un barbelé tendu au milieu du chemin…si en plus ils piègent le parcours.

 

Tout d'un coup j'entends un « Allez Benji !!! ». Hein ? Qu'est ce que c'est ? Oh putain Anne Laure, ça sent la quille me dis-je. Il te reste 5 Km et ton frère est à 10 minutes. Yeah, ça va le faire en moins de 4h. Je fini comme une balle. 3h48 de course, j'aperçois l'arrivée. Comme je suis un peu con et que comme tout le monde j'aime bien les chiffres ronds, c'est plus net, je me dis que c'est jouable en moins de 3h50. Je finis au sprint et passe la ligne en 3h49min54s !!!

 

Voilà, je sais plus où j'habite, rien d'anormale. Mon frère est arrivé 10 minutes avant moi. Jéro quant à lui s'est bouffé des crampes au bout d'1h30 de course et en a chié tout le restant pour finir en 5h. Il a pas trop envie de recourir dans la neige…moi je dis pas non.

 
 
 
Le vainceur (je penses)
 
 
Mon frère qui saute telle une gazelle des neiges
 
 
Moi qui suis complétement rétamé.
 
 
Jéro en mode papy
 
 
Jéro qui insiste dans le mode papy !
 




28/01/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres